Catalogue

Abel Ferrara : not guilty

2003, documentaire, 81 min, couleur

Réalisation : Rafi Pitts

Vidéos

Caméra à l’épaule, Rafi Pitts choisit le reportage d’investigation pour filmer un Abel Ferrara qui se montre fidèle à sa réputation de provocateur.

Images

Résumé

Caméra à l’épaule, tournant sans discontinuer quitte à ce que la pellicule décroche, Rafi Pitts choisit le reportage d’investigation pour filmer un Abel Ferrara qui se montre fidèle à sa réputation de provocateur. Il colle ainsi à l’esthétique des premiers films du cinéaste (Fear City,1984), en cela héritier de John Cassavetes, où de petits malfrats volubiles parcourent les rues interlopes de New York la nuit.

En blouson de cuir noir et casquette rose, toujours une bière à la main, l’auteur de King of New York (1990) et de Bad Lieutenant (1992) multiplie les anecdotes sur ses tournages. Entouré de ses collaborateurs, il se montre incontrôlable et cherche même à réaliser le documentaire dont il est le sujet. Mais lorsqu’il travaille, Ferrara ne rit plus : le voir diriger un clip est une véritable leçon de mise en scène dont l’acteur, ici une chanteuse de R&B, est toujours le centre. Malgré son talent, Ferrara souffre d’un manque de reconnaissance : lorsqu’il tombe sur un article consacré à son "oncle" Jean-Luc Godard, au petit matin dans un coffee shop minable, il a le déplaisir de constater qu’il n’est pas cité parmi les cinéastes qui comptent. Après avoir commenté, en riant jaune, la prestation sexuelle de son ex-compagne Asia Argento avec William Dafoe dans New Rose Hotel (1998), Ferrara confie qu’il est sans cesse à la recherche de nouvelles expériences.

(Teddy Lussi)

Descriptif technique

Production
Amip, Arte France, INA, Ciné Cinéma
Participation
CNC, Procirep
Réalisation
Rafi Pitts
Sujet
Abel Ferrara
Année
2003
Durée
81'
Double disque
Couleur / N&B
couleur
Genre
Documentaire
Diffusion
  • Prêt aux particuliers par l'intermédiaire des médiathèques
  • Projection publique
  • Diffusion en ligne