Catalogue

Al'lèèssi... une actrice africaine

2004, documentaire, 68 min, couleur

Réalisation : Rahmatou Keïta

Vidéos

"En hommage aux pionniers du cinéma africain", Rahmatou Keïta consacre un portrait à la première actrice professionnelle du cinéma d'Afrique noire, la Nigérienne Zalika Souley.

Images

Résumé

"En hommage aux pionniers du cinéma africain", Rahmatou Keïta consacre un portrait à la première actrice professionnelle du cinéma d'Afrique noire, la Nigérienne Zalika Souley. A Niamey, occupée à de banales tâches quotidiennes, celle-ci revient sur une trajectoire accidentée qui l'a menée de la gloire à l'oubli. À travers sa parole, c'est le destin ("al'lèèssi" en langue sonrhay) de tout le cinéma nigérien qui finit par se dessiner en filigrane.

"Je n'ai aucun regret", affirme l'actrice, assise dans la cour de sa modeste maison. Pourtant, son parcours, découvert au fil des extraits de films et des interviews des cinéastes avec lesquels elle a travaillé, ne manque pas de susciter l'impression que son talent et sa personnalité n'ont pas suffisamment été exploités par le 7e art. Figure centrale de l'essor du cinéma au Niger dans les années 1960, elle acquiert célébrité et reconnaissance internationale en jouant pour Moustapha Alassane (Le Retour d'un aventurier, 1966) ou Oumarou Ganda (Cabascabo, 1968 ; Le Wazzou polygame, 1970). Mais le manque chronique de moyens financiers qui étouffe le cinéma nigérien finira par l'empêcher de tourner. Elle qui "aime tellement le cinéma qu'elle ne sait faire que ça" (Mahamane Bakabé) se voit contrainte d'enchaîner les métiers - aujourd'hui animatrice à la MJC de Niamey. En l'interrogeant sur les raisons qui ont pu la conduire du succès à l'anonymat, Rahmatou Keïta lui rend justice.

(Damien Travade)

Descriptif technique

Production
Sonrhay Empire Productions
Participation
Fonds européen de développement, ministère des Affaires étrangères, Fonds francophone de production audiovisuelle
Sujet
Zalika Souley, Moustapha Alassane
Réalisation
Rahmatou Keïta
Année
2004
Durée
68'
Double disque
Couleur / N&B
couleur
Genre
Documentaire
Diffusion
  • Prêt aux particuliers par l'intermédiaire des médiathèques
  • Projection publique
  • Diffusion en ligne

Avis

Sélectionné par

Dès 1960, Moustapha Alassane et Oumarou Ganda ont tourné des films en engageant leurs proches et leurs voisins comme acteurs. C'est ainsi que Zalika Souley est devenue la première grande actrice du cinéma africain. Rien ne la destinait à la comédie. Elle a campé des personnages féminins complexes : prostituée, femme adultère, entremetteuse. Dans un pays de tradition musulmane, Zalika fut un objet de scandale. Elle qui représentait son pays dans les festivals internationaux, elle était parfois injuriée dans la rue. Aujourd'hui oubliée, on la voit vivre très modestement dans une petite maison et le film la suit dans ses activités quotidiennes. Extraits de films et interviews de cinéastes illustrent ce portrait et ce pan de cinéma africain. L'influence de Jean Rouch, qui a soutenu ce cinéma, est discrètement évoquée. Le personnage de Zalika est attachant. C'est une battante, elle s'adapte. Le sujet donne lieu à de belles scènes colorées. Au-delà de cette beauté, une amertume demeure : quelle est la place pour la femme dans le cinéma africain ? Quelle reconnaissance ?

(Marie-Josée Turon, Médiathèque de Moissy-Cramayel)