Catalogue

Fragments sur la misère

1998, documentaire, 89 min, couleur

Réalisation : Christophe Otzenberger

Vidéos

A Paris, gare de Lyon, sous l'oeil indifférent des usagers, les porteurs sont en grève depuis quinze jours.

Images

Résumé

A Paris, gare de Lyon, sous l'oeil indifférent des usagers, les porteurs sont en grève depuis quinze jours. Ils savent leur lutte perdue d'avance : ce service de la SNCF sera bientôt confié à une société sous-traitante. Ce préambule est le point de départ d'un questionnement sur le chômage et l'exclusion, à base de témoignages et de micros-trottoirs. Une mise en perspective d'une société duelle opposant habitants et SDF, donateurs et mendiants.

"Même avec quelque chose à vendre, on s'humilie tous les jours." Les vendeurs de journaux avalent deux fois leur salive avant de se présenter devant les voyageurs du métro. Si les errants semblent envier "ceux qui ont la chance d'avoir du travail et un toit", le réalisateur interroge aussi les "nantis", qui parlent de leur vie perdue en la gagnant, du repliement sur soi, du refuge qu'offre la religion comme substitut au désespoir. Face à la mendicité, deux sortes de réactions : l'identification ou le rejet sous forme d'indifférence. Samu social, lieux d'accueil et Restos du coeur colmatent les brèches. Au comité des sans-logis, on garde espoir, on interpelle élus et gouvernement, on occupe les logements vides. Sous leur banderole, la citation de Victor Hugo : "Vous voulez les misérables secourus, je veux la misère supprimée."

(Doucha Belgrave)

Descriptif technique

Production
The Factory, La Sept-Arte, Vidéothèque de Paris
Participation
CNC, Procirep
Réalisation
Christophe Otzenberger
Année
1998
Durée
89'
Double disque
Couleur / N&B
couleur
Genre
Documentaire
Diffusion
  • Prêt aux particuliers par l'intermédiaire des médiathèques
  • Projection publique
  • Diffusion en ligne