Catalogue

Génération (3/5)

1988, documentaire, 90 min, couleur

Réalisation : Irène Richard, Michel Fresnel, Françoise Prébois

Vidéos

Tirée du livre Génération d'Hervé Hamon et Patrick Rotman, ce documentaire en 15 volets traite des événements qui contribuèrent à l'avènement de Mai 68 et qui, plus largement, marquèrent la société française des années 1960-70. Le point de vue qui prime, dans la narration et l'analyse de ce pan d'histoire, est celui des principaux leaders des organisations politiques étudiantes de l'époque. La dynamique du montage et l'équilibre entre interviews, extraits de films et images fortes d'actualités donnent son unité à une série qui fait intervenir différents réalisateurs sous la direction de Daniel Edinger.

7. Nanterre-Saïgon-Berkeley

8. La Commune étudiante

9. Paroles de Mai

Images

Résumé

7. Nanterre-Saïgon-Berkeley. Paris, 1967, la guerre du Vietnam, par son horreur et sa violence, révèle la barbarie occidentale. Elle cristallise toutes les valeurs de contestation et contribue à intensifier les mouvements de protestation à travers le monde. La fièvre envahit les campus. A Nanterre, le mouvement du 22 mars, point de départ de Mai 68, forge l'identité d'un mouvement étudiant autonome. Symbole du péché colonial de la civilisation occidentale, cette guerre fournit un formidable terrain de mobilisation et de politisation, notamment pour des étudiants "en plein désarroi émotionnel", comme l'explique Cohn-Bendit, et qui refusent une certaine forme de vie proposée par la société. Comités de soutien, comités Vietnam (Jean-Paul Sartre), les manifestations se multiplient en France, aux Etats-Unis, avec les marches à New York et Washington (La 6e Face du Pentagone de François Reichenbach), au Japon, en Italie, en Allemagne. Les images choc du Vietnam sont illustrées par des extraits de Vivre sous les bombes et de Tribunal Russel (intervention de l'écrivain cubain Alejo Carpentier) de Roger Pic, du Fond de l'air est rouge de Chris Marker, ainsi que de Loin du Vietnam (réalisation collective).

8. La Commune étudiante. La Sorbonne, 3 mai 68. Fait unique dans l'Histoire, la police intervient à l'université, procède à des arrestations massives provoquant ainsi "l'étincelle qui mettra le feu à toute la plaine". Réactions immédiates à Paris puis dans l'ensemble des universités françaises. Les manifestations se durcissent (nuit des barricades le 10 mai). Le 13 mai, des millions de personnes sont dans la rue. Qu'un meeting d'étudiants à la Sorbonne, en solidarité avec ceux de Nanterre, ait pu servir de déclic historique à un tel mouvement, laisse encore dubitatifs les anciens leaders. Toutefois, comme Alain Krivine le rappelle, "Mai 68, c'est d'abord des millions de travailleurs en grève" qui, en 10 ans de gaullisme, ont accumulé bien des motifs de mécontentement (atteintes à la Sécurité sociale, blocages des salaires...). Le recul du gouvernement Pompidou sur les revendications immédiates des étudiants - libération des étudiants emprisonnés et réouverture de la Sorbonne - sera un facteur déterminant dans les nouvelles formes de lutte adoptées par les salariés des entreprises. Images d'archives, extraits de films et interviews recréent le climat d'ébullition dans lequel se déroule ce début de mois mai.

9. Paroles de Mai. Paris, mai 1968, 10 jours déjà. Les événements se précipitent. La Sorbonne est investie par les étudiants, les ouvriers occupent leurs usines, les comités d'action et de quartier se multiplient, les murs et les gens prennent la parole. "Paris est une fête", mais les images de violence contrastent avec la joie des manifestants. Interviews et extraits de films (One plus One de Godard, Oser, lutter, vaincre de Jean-Pierre Thorn, La CGT en mai de la CGT et Grands soirs, petits matins de William Klein) témoignent des moments forts de l'actualité et de l'esprit du temps quand les murs ne suffisent plus à l'explosion des slogans (Soyez réalistes, demandez l'impossible ; Urbanisme, propreté, sexualité...). Dans le même temps, les groupes politiques étudiants s'efforcent d'établir un lien avec les ouvriers en grève, les manifestations se multiplient, la répression s'accentue : mort d'un étudiant à Flins, de deux ouvriers chez Peugeot. L'évacuation de la Sorbonne par la police et l'annonce de la dissolution de l'assemblée nationale par le général de Gaulle marquent la fin de Mai 68.

(Sadia Saïghi)

Descriptif technique

Production
Kuiv Productions, INA, La Cinq
Participation
Sofica Investimage, CNC
Sujet
Daniel Cohn-Bendit, Alejo Carpentier, Jean-Paul Sartre, Chris Marker, Georges Pompidou, Charles de Gaulle
Réalisation
Irène Richard, Michel Fresnel, Françoise Prébois
Conception
Daniel Edinger, Hervé Hamon, Patrick Rotman
Année
1988
Durée
90' (3x30')
Double disque
Couleur / N&B
couleur
Genre
Documentaire
Diffusion
  • Prêt aux particuliers par l'intermédiaire des médiathèques
  • Projection publique
  • Diffusion en ligne