Catalogue

Journée d'Andrei Arsenevitch (Une)

1999, documentaire, 56 min, couleur

Réalisation : Chris Marker

Vidéos

Fin 1986 : la famille d'Andrei Tarkovski, retenue depuis cinq ans en URSS par les autorités, obtient une autorisation de sortie pour rejoindre le réalisateur exilé, gravement malade, proche de la fin.

Images

Résumé

Fin 1986 : la famille d'Andrei Tarkovski, retenue depuis cinq ans en URSS par les autorités, obtient une autorisation de sortie pour rejoindre le réalisateur exilé, gravement malade, proche de la fin. Chris Marker entrelace cette scène éprouvante pour nous d'images plus anciennes du cinéaste au travail et d'extraits de ses films. Un portrait cubiste remarquable, avec des mises en parallèle toujours pertinentes.

Lors d'une séance de spiritisme, l'esprit de Boris Pasternak lui avait annoncé qu'il ne ferait que sept films, "mais des bons !". Tarkovski s'est conformé à cette prédiction. Dans ce documentaire en forme de mosaïque tragique, on le voit régler, durant une journée entière, le dernier plan (6 minutes) du Sacrifice, filmer méticuleusement des icônes ou des peintures, visionner le montage de son dernier opus dans la chambre où il agonise lentement, avec toujours la même gaieté, la même énergie déterminée. Harassé, harcelé par le comité de censure de son pays, Tarkovski n'aura eu de cesse d'explorer, à sa façon intransigeante et altière, des thèmes tels que Dieu, les quatre éléments, la nature, l'art et l'homme... Chris Marker se fait le guide, le Stalker agile de cette zone mouvante, dangereuse et mystique qu'est son cinéma.

(Pascal Richou)

Descriptif technique

Production
Amip, La Sept-Arte, INA, Arkeion Films
Participation
CNC, Procirep
Sujet
Andrei Tarkovski
Réalisation
Chris Marker
Année
1999
Durée
56'
Double disque
Couleur / N&B
couleur
Genre
Documentaire
Diffusion
  • Prêt aux particuliers par l'intermédiaire des médiathèques
  • Projection publique
  • Diffusion en ligne