Catalogue

Première Lettre (La) (2/3)

1979, documentaire, 116 min, couleur

Réalisation : Claude Mouriéras, Hélène Châtelain, Stéphane Gatti

Vidéos

Sollicité juste après l'expérience de Montbéliard (Le Lion, sa cage et ses ailes, 1976) par une association culturelle de la ville nouvelle de L'Isle-d'Abeau près de Lyon, pour un nouveau projet d'écriture collective, Armand Gatti s'empare de l'histoire du jeune Résistant Roger Rouxel, écrit un poème et l'offre à toute la population. De ce texte et des réponses qu'il suscite va naître une série de sept films. Résistant et condamné à la peine capitale pendant l'Occupation, Gatti a trouvé dans le destin de Rouxel, membre du groupe de Résistance Manouchian, fusillé à 18 ans en 1944, des similitudes avec son propre parcours. D'un premier film qui retrace son histoire, Gatti propose : "Voilà qui est Roger Rouxel, il faut lui donner quelques instants de plus à vivre." Les six autres films rendent compte de la manière dont les habitants de toute une région, organisés en groupes de travail, ont réagi en fonction de leur vie quotidienne et se sont emparés à leur tour du personnage. À chacun de choisir le lieu qu'il avait en commun avec Roger Rouxel et à partir duquel il pourrait donner son chant, sa mémoire ou son imaginaire. Diffusés sur FR3 en 1979, les films sont aussi le fruit d'une aventure collective puisque l'on retrouve à la réalisation, au son et au montage, Hélène Châtelain, Stéphane Gatti et Claude Mouriéras.

3. L'Ecole

4. Les Loulous

Images

Résumé

3. L'Ecole. "Comment à partir de ces voyelles inventer le langage de la rencontre avec Roger ?" Toutes les écoles et tout le corps enseignant de la région se sont emparés de la première lettre et de la vie de Roger Rouxel. Chants des enfants ou des adultes, jeux de rôles (les amoureux séparés, Mathilde attendant le retour de Roger...), pièces de théâtre, dessins, maquettes, les séquences se télescopent en un montage rapide.

"Le savoir est une salle vide prise entre toutes les merveilles du dehors. La descente dans les territoires des morts où trouver la planète Rouxel commence là." Et c'est en effet devant une salle de classe vide que Geneviève l'institutrice raconte la vie de Roger à la façon d'un cours. Jacques aussi, le professeur de géographie, dans des terrains vagues où pneus abandonnés et morceaux de bois forment des voyelles, recherche une classe imaginaire et questionne son savoir. Enseignant devant une classe vide, mais aussi élèves devant la chaise vide d'un professeur : l'école que Roger a quittée tôt est une école qui se cherche. Véronique, quant à elle, et ses copines à l'école d'assistance maternelle apprend "les gestes de Mathilde" : ménage, couture, prodiguer les bons gestes aux nouveaux nés sur des poupons en plastique. Leur chemin à chacun croisera peut-être la plaque commémorative sur la route de Bourgoin, là où les 45 enfants d'Izieu et leurs maîtres ont été exterminés dans les camps.

 

4. Les Loulous. Au centre de formation et d'apprentissage, les apprentis carrossiers ou tourneurs ont l'âge de Roger à sa mort. Ils ont fabriqué des pantins grandeur humaine les représentant dans 10 ans. En se projetant dans l'avenir, ils inventent la vie de Roger s'il avait vécu et se confrontent aux interrogations de la première lettre. L'histoire de Roger et Mathilde résonne d'autant plus chez ces loulous, à un âge où l'avenir les préoccupe constamment.

Les lettres découpées sont toujours dans le paysage : "Je t'annonce ma condamnation", accroché à la façade d'un grand bâtiment. Derrière les lettres, des questions : qu'aurait été Roger en père ? Et Mathilde en mère ? Quel aurait été leur avenir ? Brigitte, apprentie coiffeuse, s'imagine fille de Roger et de Mathilde. Ses semaines sont l'addition des jours et des gestes répétés, multipliés en mois par ses joies et ses peines. Dans le cahier qui réunit son quotidien et ses samedis - les mêmes pages que la lettre de Roger -, il n'y a pas la réponse qu'elle voudrait y écrire. Les pantins des loulous matérialisent leurs rêves : certains s'imaginent en coureur automobile, cascadeur ou chanteur de rock. D'autres se sont déjà résignés et se voient simples ouvriers. Pour l'instant, leur univers c'est celui des super héros de bandes dessinées, les virées en mobylette, le cinéma et les manèges du samedi soir. Et le rock, tel le groupe Apras qui scande nerveusement le film.

(Stéphane Gérard)

Descriptif technique

Production
Les Voyelles, INA
Participation
CG Isère, Ville de Bourgoin Jallieu, Epida (Etablissement public de la Ville nouvelle de L'Isle-d'Abeau), Scanida, IAA
Conception
Armand Gatti
Réalisation
Claude Mouriéras, Hélène Châtelain, Stéphane Gatti
Sujet
Roger Rouxel
Année
1979
Durée
116' (58' + 58')
Double disque
Couleur / N&B
couleur
Genre
Documentaire
Diffusion
  • Prêt aux particuliers par l'intermédiaire des médiathèques
  • Projection publique
  • Diffusion en ligne