Catalogue

Génération (5/5)

1988, documentaire, 90 min, couleur

Réalisation : Daniel Edinger, Michel Fresnel, Jean Lassave

Vidéos

Tirée du livre Génération d'Hervé Hamon et Patrick Rotman, ce documentaire en 15 volets traite des événements qui contribuèrent à l'avènement de Mai 68 et qui, plus largement, marquèrent la société française des années 1960-70. Le point de vue qui prime, dans la narration et l'analyse de ce pan d'histoire, est celui des principaux leaders des organisations politiques étudiantes de l'époque. La dynamique du montage et l'équilibre entre interviews, extraits de films et images fortes d'actualités donnent son unité à une série qui fait intervenir différents réalisateurs sous la direction de Daniel Edinger.

13. La Tentation terroriste

14. Larmes à gauche

15. Vingt ans après

Images

Résumé

13. La Tentation terroriste. Paris, 1972. Séquestrations, enlèvements, attaques de commando... la violence, érigée en stratégie politique et prônée par la Gauche prolétarienne en France, par les Brigades rouges en Italie et par la Bande à Baader en Allemagne, résulte pour l'organisation française d'une volonté de "prolonger Mai 68 par le combat armé". Avec la création de la branche armée de la Gauche prolétarienne, issue de groupes libertaires et maoïstes, c'est l'escalade. "Patrons, c'est la guerre" n'est plus seulement un slogan. En 1972, l'enterrement de l'étudiant Pierre Overnay, tué aux portes des usines Renault, donne lieu à une énorme manifestation. Quelques jours plus tard, un cadre de la Régie Renault est enlevé pour un "procès populaire". C'est l'engrenage qui menace, mais en 1974, la décision est prise d'interrompre ce processus. Toutefois, le mouvement de protestation se poursuit contre les méthodes de la police allemande envers les membres de la Bande à Baader. Sartre, en compagnie de Cohn-Bendit, se rend devant la prison de Stammheim pour protester contre cette "entreprise de destruction de l'homme".

14. Larmes à gauche. Années 1970. De profonds bouleversements ont lieu : coup d'Etat à Santiago contre Allende (images d'archives commentées par Régis Debray), Révolution des Oeillets à Lisbonne (ratée selon Krivine), fuite des Américains de Saïgon, exode massif des Vietnamiens (les Boat People). La famine au Biafra marque le début des actions caritatives dans lesquelles s'inscrit Bernard Kouchner. Ils n'ont plus 20 ans, ces anciens leaders étudiants, et les mutations qui s'opèrent un peu partout dans le monde ébranlent bien des convictions : la chute du régime fasciste portugais fomentée par l'armée contribue à défaire la mythologie révolutionnaire, au même titre que l'exode des Vietnamiens après la libération du pays. Le temps des certitudes s'achève. L'opération Un bateau pour le Vietnam et la mise en place d'un pont aérien pour les réfugiés marquent la rencontre symbolique et consensuelle entre Jean-Paul Sartre et Raymond Aron, tout en amorçant le débat sur le sens politique de l'action humanitaire. Pour Régis Debray, Henri Weber ou Alain Krivine, cette démarche, aussi louable soit-elle, relève d'une dépolitisation puisqu'on s'attaque aux effets et non aux causes. Le film se termine par la mort de Jean-Paul Sartre qui semble clore une époque.

15. Vingt ans après. Algérie, Chine, Cuba, Vietnam, Chili, Portugal... le dernier épisode de Génération fait le récapitulatif des événements qui ont marqué la "génération 68". Une génération que Jean-Paul Ribes qualifie de "génération du nous". Celle de Pierre Goldman qui "voulait à sa jeunesse donner un sens qui n'était pas celui de se vautrer dans le plaisir de vivre". Celle de Michèle Firk qui refusa "d'être informée objectivement, c'est-à-dire de loin, sans jamais prendre part". Elle décidera de "prendre part", en Algérie, à Cuba et au Guatemala. Engagée dans la guérilla, elle se suicidera en 1968 pour échapper à l'arrestation. Dans la lettre qu'elle a laissée, elle écrit : "Il n'est pas honteux de faire la révolution. Ce qui est honteux, c'est de converser du Vietnam les doigts de pied dans le sable sans rien changer à sa vie ou de parler des guérillas comme du tour de chant de Johnny Halliday." Pour Jean-Paul Ribes, aujourd'hui devenu boudhiste : "Une même sensibilité aux événements existait, un vrai désir d'être ensemble pour cette période de la vie, la jeunesse, celle d'avant le retour de l'argent, de la carrière, donc du je."

(Sadia Saïghi)

Descriptif technique

Production
Kuiv Productions, INA, La Cinq
Participation
Sofica Investimage, CNC
Sujet
Daniel Cohn-Bendit, Jean-Paul Sartre, Brigades rouges (Les), Baader-Meinhof (bande à), Henri Weber, Bernard Kouchner, Alain Krivine, Régis Debray, Jean-Paul Ribes, Michèle Firk, Pierre Goldman, Jean-Paul Sartre
Conception
Daniel Edinger, Hervé Hamon, Patrick Rotman
Réalisation
Daniel Edinger, Michel Fresnel, Jean Lassave
Année
1988
Durée
90' (3x30')
Double disque
Couleur / N&B
couleur
Genre
Documentaire
Diffusion
  • Prêt aux particuliers par l'intermédiaire des médiathèques
  • Projection publique
  • Diffusion en ligne