Catalogue

N'entre pas sans violence dans la nuit

2008, documentaire, 21 min, noir et blanc

Réalisation : Sylvain George

Vidéos

En octobre 2005, les habitants du quartier Château d’Eau à Paris s’élèvent spontanément contre ce qu’ils nomment les "rafles" que la police mène chaque semaine contre les populations immigrées – ou désignées comme telles.

Images

Résumé

En octobre 2005, les habitants du quartier Château d’Eau à Paris s’élèvent spontanément contre ce qu’ils nomment les "rafles" que la police mène chaque semaine contre les populations immigrées – ou désignées comme telles. Sylvain George filme clandestinement l’événement, cette montée en tension que matérialise un montage précis et incisif, qu’il émaille des témoignages des manifestants.

Comment filmer la résistance citoyenne ? Premier film de Sylvain George, N’entre pas sans violence dans la nuit intègre la lignée des films militants et accompagne l’action à Paris du 9e Collectif de sans-papiers, opposé à la politique d’expulsion et de discrimination menée par le gouvernement français. Il s’inscrit ainsi dans l’actualité la plus brute, le cinéma réflexe et réactif qu’autorisent plus que jamais les nouvelles caméras digitales. De ce point de vue, on note chez Sylvain George une forme d’"esthétique" de la basse définition, à opposer aux images télévisuelles, toujours plus lisses et lacunaires. Mais ce noir et blanc, plus pixellisé que granuleux, entend aussi rendre grâce au haut patronage de Baudelaire et Walter Benjamin, dont les citations émaillent le film : quoi qu’un peu artificiel, il met à distance le présent et lui donne comme une patine – celle de l’Histoire dont il est toujours, dans son renouvellement perpétuel, la manifestation la plus urgente.

(Mathieu Capel)

Descriptif technique

Production
Noir Production
Réalisation
Sylvain George
Année
2008
Durée
21'
Double disque
Couleur / N&B
noir et blanc
Genre
Documentaire
Diffusion
  • Prêt aux particuliers par l'intermédiaire des médiathèques
  • Projection publique
  • Diffusion en ligne