Catalogue

Tilo Koto

Nouveauté

2020, documentaire, 66 min, couleur

Réalisation : Sophie Bachelier, Valérie Malek

Vidéos

Yancouba de retour chez lui en Casamance, après avoir tenté plusieurs fois de rallier l'Europe.

Images

Résumé

En Tunisie, au Centre d'accueil des migrants vulnérables de Médenine, puis au Sénégal de retour chez lui, on suit Yancouba, artiste peintre, qui a tenté plusieurs fois de rejoindre l'Europe par la mer. Ses expériences dramatiques à travers l'Afrique, et surtout en Lybie, et les témoignages similaires d'autres jeunes hommes l'incitent à s'engager pour alerter la jeunesse africaine du danger de ces voyages clandestins, dans lesquels beaucoup trop trouvent la mort.

Tout au long de la route en provenance des pays subsahariens, les jeunes hommes et femmes tenté.e.s par l'émigration subissent racket et brimades mais ce n'est rien en comparaison de ce qui les attend en Lybie : prison, torture, viol et prostitution, rançon à la famille, exécution sommaire ; "les femmes sont particulièrement fragilisées" ajoute Yancouba. Ses traumatismes, alimentés par la violence racontée par les jeunes hommes qu'il croise, il les transpose dans ses peintures qui ponctuent le film. De retour en Casamance, il tente de se reconstruire, consacre son temps à des ateliers peinture pour les enfants et des projections en plein air le soir, pour que la population du village soit informée de ce que les jeunes poussés à l'émigration clandestine en Europe subissent dans cette épreuve. “Les Mandingues disent que si tu prends un chemin qui ne mène nulle part, tu dois retourner d’où tu viens,” dit-il encore. En contre-point de ces voies sans issues, Valérie Malek et Sophie Bachelier ouvrent le film et l'horizon sur des paysages lumineux, en Tunisie comme au Sénégal.

(Noé Vidal-Giraud)

Descriptif technique

Production
Damu et d'eau fraîche Production, 3B Productions
Réalisation
Sophie Bachelier, Valérie Malek
Année
2020
Durée
66'
Double disque
Couleur / N&B
couleur
Genre
Documentaire
Diffusion
  • Prêt aux particuliers par l'intermédiaire des médiathèques
  • Projection publique
  • Diffusion en ligne

Avis

Sélectionné par

Quand les deux réalisatrices rencontrent Yancouba Badji en Tunisie, c’est un homme en colère, lassé de témoigner sans effet. Yancouba dénonce le racket pratiqué par les passeurs, la police, avec la complicité des Africains eux-mêmes qui martyrisent leur jeunesse. "Si tu ne peux pas avancer, retourne chez toi", cette idée va devenir le combat de Yancouba. Bloqué en Tunisie après plusieurs traversées via la Lybie, il va, grâce à la peinture, raconter les souffrances endurées par ces voyageurs et surtout témoigner devant les jeunes pour les inciter à ne plus accepter cette nouvelle forme d’esclavage humain. Si la notion de traversée est omniprésente dans ce film, ce n’est pas tant celle de la Méditerranée que celle d’un homme qui veut garder prise sur son destin.

Catherine Berrest, Médiathèque de Rodez.