Catalogue

A Mansourah, tu nous as séparés

Nouveauté

2019, documentaire, 69 min, couleur

Réalisation : Dorothée-Myriam Kellou

Vidéos

En Algérie pendant la guerre d’indépendance, le déplacement des populations par l'armée française reste encore méconnu.

Images

Résumé

En Algérie pendant la guerre d’indépendance, afin d'anéantir la résistance du FLN (Front de Libération Nationale), l’armée française ordonna le déplacement de certaines populations dans des camps de regroupement ou d'autres villages. Impactant 3,5 millions d’Algérien.ne.s (plus de la moitié de la population rurale), ces déracinements ont encore des répercussions aujourd'hui. Malek, le père de la réalisatrice, revient à Mansourah, son village natal et point de chute d’innombrables déplacé.e.s. dans les années 1950. Ensemble, ils recueillent les témoignages de cet épisode colonial méconnu en France.

Revenir à Mansourah, c’est entreprendre un processus de réappropriation politique et intime d’un lieu et d’une Histoire, les faire dialoguer étroitement, à la manière de cette projection d'une archive (les images en noir et blanc de soldats français parmi des paysans algériens) sur le mur d'une maison de village. Épaulés par la caméra de Hassen Ferhani (Dans ma tête un rond-point, 2015), père et fille sillonnent la région en quête de fragments de mémoire. Tout d’abord, ceux de Malek : de cette statue oppressante du sergent Blandan, figure de la conquête de l'Algérie obstruant son imaginaire, à cette route du déplacement forcé, qu'il avait fait enfant en camion militaire et qu'il revit ici pour le film. Mais aussi ceux de nombreux témoins : un homme traversant, avec émoi, les ruines de sa maison familiale ; une femme ayant hébergé des maquisards dont le colonel Amirouche ; un survivant à un bombardement au napalm qui tua 75 personnes ; ou encore un homme expliquant avec force, face à des cartes montrant l’ampleur des camps de regroupement, qu’"une culture qui ne se défend pas est une culture perdue". Dorothée-Myriam Kellou fait affleurer les traumatismes longtemps tus.

(Robin Miranda das Neves)

Compétition internationale moyens et courts métrages, Visions du réel 2019.

Descriptif technique

Production
Les Films du Bilboquet, HKE Production, Sonntag Pictures, Lyon Capitale TV
Participation
CNC, Région Auvergne-Rhône-Alpes, Angoa, Institut français d'Alger
Réalisation
Dorothée-Myriam Kellou
Année
2019
Durée
69'
Double disque
Couleur / N&B
couleur
Genre
Documentaire
Diffusion
  • Prêt aux particuliers par l'intermédiaire des médiathèques
  • Projection publique
  • Diffusion en ligne

Avis

Sélectionné par