Catalogue

Ulrike Marie Meinhof

1994, documentaire, 61 min, couleur

Réalisation : Timon Koulmasis

Vidéos

De l'antifasciste, pacifiste, tiers-mondiste, marxiste, enfant chérie de l'intelligentsia et des médias allemands jusqu'en 1967, à Ulrike la Rouge dont la capture fut mise à prix à un million de Marks en 1972, portrait d'une femme hors du commun par l'ami d'enfance d'une de ses deux filles.

Images

Résumé

De l'antifasciste, pacifiste, tiers-mondiste, marxiste, enfant chérie de l'intelligentsia et des médias allemands jusqu'en 1967, à Ulrike la Rouge dont la capture fut mise à prix à un million de Marks en 1972 et à la "terroriste suicidée" dans sa prison de Stammhein le 8 mai 1976, portrait d'une femme hors du commun par l'ami d'enfance d'une de ses deux filles, Bettina, à qui il dédit le film.

Des parents tués à la guerre, une éducation protestante, le militantisme rigoureux de sa mère adoptive... Qualité, ou défaut, principal : une volonté intraitable. Ulrike Marie Meinhof martelait : "On fait partie ou du problème ou de sa solution, entre les deux il n'y a rien" ; ou encore, "L'engagement ne se divise pas." La veille de sa mort, elle écrivait : "La peur est réactionnaire." Peu d'êtres ont, autant qu'elle, incarné leurs propres valeurs. Mais l'intérêt du film est d'évoquer aussi, derrière la haute stature, l'enfant terrifiée par l'abandon, l'épouse délaissée, la femme en quête d'amitié et d'amour. Une femme que son ami, le poète Peter Rühmkorf, définit "si radicalement intègre qu'elle ne pouvait que se jeter dans l'abîme".

(Doucha Belgrave)

Descriptif technique

Production
Les Films du Village
Participation
ministère de la Culture et de la Francophonie (DAI)
Sujet
Ulrike Marie Meinhof, Baader-Meinhof (bande à)
Réalisation
Timon Koulmasis
Année
1994
Durée
61'
Double disque
Couleur / N&B
couleur
Genre
Documentaire
Diffusion
  • Prêt aux particuliers par l'intermédiaire des médiathèques
  • Projection publique
  • Diffusion en ligne